PDA

Afficher la version complète : conseil pour un 500mm/1000mm



maximus7110
04/01/2015, 19h48
bonjour, que pensé vous de cette objectif ? pour un canon eos 700D

http://www.befr.ebay.be/itm/500mm-1000mm-MC-Makro-Spiegeltele-Objektiv-fur-Canon-EOS-60D-70D-600D-650D-700D-/391019016876?pt=DE_Foto_Camcorder_Objektive&hash=item5b0a8cb2ac

fabrsympa
04/01/2015, 21h07
Jamais entendu parler de cet objectif...

Je regarderais demain sur l'ordi mais ça doit pas valoir grand chose

maximus7110
04/01/2015, 21h26
Jamais entendu parler de cet objectif...

Je regarderais demain sur l'ordi mais ça doit pas valoir grand chose

Merci pour ton aide :)

Bonisalive
04/01/2015, 23h06
Salut,

C'est un objectif à miroir. Pour faire didactique, la longueur de focale (les millimètres quoi) est la distance qui sépare la dernière lentille du plan film, à savoir le capteur CCD pour faire moderne. Pour y arriver et éviter de trimbaler un objectif qui fait 1 mètre (1000 millimètres pour ceux qui ont zappé les abaques en primaire), on joue sur des lentilles qui permettent d'obtenir le grossissement identique à ce qu'on aurait avec une distance physique naturelle. L'autre méthode consiste à allonger le parcours optique : c'est le principe de l'objectif à miroir.

L'avantage des lentilles c'est de garder la compacité de l'objectif et une certaine qualité optique...qui se paye (c'est le désavantage). L'avantage du miroir c'est que c'est pas cher. Mais son corolaire c'est qu'in se retrouve avec un objectif à ouverture fixe (f/x). Et généralement c'est très fermé; comme ton objectif à f/8.

il est difficile de dire si ce que tu proposes est bon ou mauvais sans l'avoir testé. En règle générale ça donne de bon résultats car les formules optiques sont simples (peu de lentilles donc peu de perte)...en forte lumière puisque l'ouverture est faible. Ou alors il faut monter la sensibilité de ton boitier, mais là ça dépend de ses performances. Le second corolaire, c'est que la vitesse d'obturation doit aller de paire. Sans pied, la règle veut que la vitesse minimale d'obturation pour ne pas avoir de floue de bouger est égale à 1/focale. Donc au moins 1/500 ou 1/1000. A f/8, il en faut de la lumière pour avoir ça.

Pour résumer mon sentiment sur le sujet... En argentique, avec ce qui est possible de faire en développant soi-même ce type d'objectif est intéressant financièrement si on veut du gros grossissement. En numérique, il vaut mieux cropper à mort que d'utiliser ça. Même si c'est pas cher, la perte de qualité optique sera plus importante qu'en allant récupérer le détail en jouant sur la résolution de ton capteur plein de pixels, avec un objectif de plus courte focale.

Par contre, un truc amusant avec ces objectifs c'est le flare que ça donne. Comme il n'y a pas d'iris pour fermer dans l'objectif, on voit des ronds quand il y a des réflexions internes.

maximus7110
07/01/2015, 21h48
Merci pour ta réponse :)


Salut,

C'est un objectif à miroir. Pour faire didactique, la longueur de focale (les millimètres quoi) est la distance qui sépare la dernière lentille du plan film, à savoir le capteur CCD pour faire moderne. Pour y arriver et éviter de trimbaler un objectif qui fait 1 mètre (1000 millimètres pour ceux qui ont zappé les abaques en primaire), on joue sur des lentilles qui permettent d'obtenir le grossissement identique à ce qu'on aurait avec une distance physique naturelle. L'autre méthode consiste à allonger le parcours optique : c'est le principe de l'objectif à miroir.

L'avantage des lentilles c'est de garder la compacité de l'objectif et une certaine qualité optique...qui se paye (c'est le désavantage). L'avantage du miroir c'est que c'est pas cher. Mais son corolaire c'est qu'in se retrouve avec un objectif à ouverture fixe (f/x). Et généralement c'est très fermé; comme ton objectif à f/8.

il est difficile de dire si ce que tu proposes est bon ou mauvais sans l'avoir testé. En règle générale ça donne de bon résultats car les formules optiques sont simples (peu de lentilles donc peu de perte)...en forte lumière puisque l'ouverture est faible. Ou alors il faut monter la sensibilité de ton boitier, mais là ça dépend de ses performances. Le second corolaire, c'est que la vitesse d'obturation doit aller de paire. Sans pied, la règle veut que la vitesse minimale d'obturation pour ne pas avoir de floue de bouger est égale à 1/focale. Donc au moins 1/500 ou 1/1000. A f/8, il en faut de la lumière pour avoir ça.

Pour résumer mon sentiment sur le sujet... En argentique, avec ce qui est possible de faire en développant soi-même ce type d'objectif est intéressant financièrement si on veut du gros grossissement. En numérique, il vaut mieux cropper à mort que d'utiliser ça. Même si c'est pas cher, la perte de qualité optique sera plus importante qu'en allant récupérer le détail en jouant sur la résolution de ton capteur plein de pixels, avec un objectif de plus courte focale.

Par contre, un truc amusant avec ces objectifs c'est le flare que ça donne. Comme il n'y a pas d'iris pour fermer dans l'objectif, on voit des ronds quand il y a des réflexions internes.